Un Reifenbreite [CR jeudi 23 juin 2005]

Publié le par Gorthyn



Et c'est reparti pour le tour de France en vélo, quelques semaines avant l'heure...

Ma précédente partie commençait à dater quelque peu finalement : janvier 2005... Pioouuu, que le temps passe vite. On se meulait, et là, on crève de chaud comme c'es tpas permis, enfin bref... Ce n'était pas la météo qui allait nous empêcher d'enfiler nos maillots de cycliste et de partir à l'attaque de 2 cols de 3ième catégories, un long faux plat en plaine, et d'une partie du tracé sur les pavé où la chute n'est jamais très loin...


Le premier virage est toujours un peu tendu...

Le peloton démarre sur les chapeaux de roue, ça se bouscule pour être bien placés...

Nicolas les gros Mollets (en noir) se place relativement bien dans ce peloton de tête alors que les pavés font déjà des victimes : chaleur intense, route humide, cela ne pardonne pas. Ce sont les petits nouveaux qui en font les frais et perdent un peu de terrain au pied de l'ascension du premier col...

L'ascension du premier col est en vue... Mais ça, c'est bien avant le drame... Le drame de l'écatombe du premier col... Chute générale dans le peloton, tous les briscards qui avaient réussi une petite échappée au pied du premier col s'effondre tel des dominos. Tout est à refaire.

Chaque concurrent se remet en sel et se relance tant bien que mal, sans bénéficier d'aucun effet d'aspiration. Un de mes coéquipier reste sur le carreau au pied du col : cela va être délicat pour recoler au peloton. La cours au points est pas très bien engagée même si l'on est qu'au premier tiers de la course...






Alors que coureurs ont lancé une petite échappée dans la descente du premier col, mes deux coureurs rouge (23 et 24) ne savent pas que l'ascension est loin d'être terminée pour eux. J'essaye d'économiser mes cartes énergie pour espérer revenir dans l'ascension du second col.

Les gros mollets bataillent durent contre l'équipe EDF qui voit toute son équipe (les 4 coureurs bleu) très bien placé à ce moment de la course. La lute est bel et bien lancé.

Les verts se maintiennent très bien. Mais mes deux coéquipiers rouges sont victimes d'une fringale qui les atteignent douloureusement : il ont perdre presque 3 tours de jeu sur le reste des coureurs si bien que lorsuq'il vont enfin franchir le sommet du premier col, tous les coureurs seront presque dans la montée du second col...



Ci-dessus, à droite, j'arrive à prendre la roue des gros-mollets pour tenter de me placer habilement et discrêtement dans la seconde échappée: c'est tout de même mon leadeur, le 21 rouge, qui en a gardé fortement sous la pédale en économisant toutes ses cartes énergie pour le second col... Ca devrait pouvoir le faire en solitaire pour la fin, à défaut de jouer pour l'équipe (il est comme ça mon leader, rien à péter de l'équipe, il vise la placé...)


Mon premier échappé, le 22 rouge se laisse malheureusement distancer par le 52 vert qui vole litérallement derrière un coureur bleu...

Le 22 va attendre sagement le peloton de gros mollets afin d'aborder la dernière montée dans de meilleurs condition, et en tentant d'aider son capitaine d'équipe qui a priori n'en aura que faire...

Noirs et bleus sont aux coudes à coudes en terme de classement par équipe... Ca va être tendu jusqu'à l'arrivée. Mon sort est quasiement scellé pour mes rouges qui voient toujours deux de leurs coureurs scotché dans le premier col encore à ce moment là de la course. Bon, on n'y tient pas trop attention vu qu'ils sont hors cadre ... ;-)




Mes deux courreurs rouge parviennent à jouer les trouble fêtes à l'arrivée en s'incérant entre les noirs et les bleus, mais n'ont évidemment aucun espoir de victoire par équipe.

Ci-contre, l'ordre d'arrivée des premier coureurs. Dans l'ordre :
Bleu, noir, noir, rouge, noir, rouge, bleu, bleu, bleu, ... suite du classement inutile pour déterminer le vanqueur (enfin l'équipe du vainqueur) à part le dernier noir qui est très loin derrière... Trop loin en fait : 119 points pour les noirs contre 122 pour l'équipe EDF.

C'est rageant de se dire qu'à cause d'un seul coureur, toute l'équip en pâti... alors que de prime abord, en regardant ce classement final individuel, on aurait été tenté de penser que les gros mollets avaient remporté cette bien belle course.

De mon côté, les jets de dés ont été relativement décevant, un peu comme à ma partie de Betrayal la veille au soir... Tant pis, c'est le jeu. J4aurais peut être dû tenter de m'accrocher à une voiture dans la côte pour permettre à mes deux coureurs balais d'espérer rallier l'arrivée dans une meilleur position, quitte à se faire prendre aux flash des journaliste et d'être disqualifiés... Mais non, je suis réglo moi môssieur... mais ça me perdra un jour ;-)))

Publié dans CR de soirées jeux

Commenter cet article

fabrice 25/06/2005 12:34

c'est vrai que ca serait sympa ce genre de projet ;)Tu es ou deja géographiquement?? trop loin :?
> Dijon, la capitale ludique (en Bourgogne) ;-)))

fabrice 25/06/2005 08:33

J'avais finalement raison: Gorthyn est accroc au Tchat ;)Sinon, pour mon pari, je mise tout sur jalabert, ou bien sur indurain. Parce qu'avec les surnoms donnés aux équipes, j'ai pas tout suivi..Et petite question: ca dure combien de temps une partie ???
> En fait, c'est variable dans la mesure où le plateau te permet de faire des circuits plus ou moins longs, tu peux arriver à faire des parties entre 60 à 120 mn. Mais je pense que le jeu prend toute sa dimension quand tu le joue en plusieurs étapes (plusieurs manches) où là, au delà de la victoire à tout prix, le classement général vient rajouter une dimension supplémentaire au jeu.
> Je n'ai pas encore eu l'occasion de le faire, mais je me disais que cela pourrait être sympathique que pendant le tour de France, chaque jour, on fasse une étape à Um Reifenbreite, adaptée à l'étape du jour (plaine / montagne / ...). Mais bon, là pour le coup, faut avoir la possibilité de se réserver une heure par jour ;-)

Val 24/06/2005 21:18

Je me fais messagère de Luna :texto :" panne d'internet - réparation peut-être ce soir, sinon bonne semaine. Bizzz "Voilà ce qu'il y avait sur mon bout de papier.Je me permets de rajouter , mais ça n'engage que moi...j'ai cru comprendre que tu entrais en séminaire... si tu ne rentres pas dans les ordres, ne nous reviens pas trop dans le désordre...pouf...Bonne soirée ;-)))Val (Valamie de Sofie)
> Merci pour le message, c'est bien noté. Le séminaire, c'est juste une assemblée pour le boulot où l'on risque, paraît-il de faire du paintball... Mais pas en robe de moine a priori ;-)