Saga [CR du 11 mai]

Publié le par Gorthyn


Dans la même gamme / format de boite, j'avais déjà testé Spy et Nuggets. Si j'avais apprécié l'ingénieusité de Nuggets mais sans vraiment être plus emballé que cela (désolé, les goûts, ça ne se commande pas), Spy (un Knizia pourtant...) m'avait par contre vraiment laissé un manque d'intérêt assez marqué. Je retenterai peut être une autre partie si l'occasion se présente, mais je vous avouerai que je ne vais pas me précipiter non plus.

Bref, Saga, dans le même format, m'intrigait depuis un petit moment maintenant. Je n'en avais entendu que du bien et comme l'un des auteur n'est autre que W. Kramer, il m'était tout de même embarrassant de ne pas avoir encore pu le tester.

Dès l'explication des règles, on sent tout de suite que le jeu va briller par un mécanisme aussi simple qu'élégant. Il s'agit de devenir majoritaire pour s'approprier des chateaux (au nombre de 6 en tout). Dès qu'un joueur est devenu majoritaire sur la couleur du chateau correspondant, il récupère la carte chateau correspondant et bénéficie des pouvoirs spécifiques de ce dernier et ce, jusqu'à ce qu'un autre joueur devienne à son tour majoritaire sur cette même couleur et vous dérobe la précieuse carte.

Un chateau va vous permettre d'encaisser à chaque début de votre tour, des points de victoires qui vous permettront également de racheter des chevaliers pour enrichir votre main de départ (chaque joueur débute avec un deck de même valeur, mais ayant une répartition différente). Certains chateaux vous permettront en outre de disposer d'un pouvoir spécial soit en cours de partie, soit au moment du décompte final.


Comment pose-t-on ses cartes chevalier pour devenir majoritaire ? C'est là toute l'ingéniosité du système :
  • A chaque tour, vous ne pouvez jouer devant vous qu'une seule et unique carte chevalier (les valeurs vont de 1 à 4).
  • La couleur de la première carte jouée détermine la couleur du chateau que vous souhaitez (re)conquérir.
  • Chaque carte qui sera ensuite posée dans cette série doit obligatoirement être d'une couleur différente de toute celles posées précédemment.
  • Vous pouvez commencer autant de série que vous le souhaitez (sachant qu'il n'est pas très efficace de trop se disperser non plus évidemment).
  • Une fois que vous avez dépassé la valeur de défense du chateau ciblé, vous récupérez ce dernier en prenant la carte correspondante chez l'adversaire qui le possédait (ce dernier récupère tous les chevaliers qu'il avait posé pour garder ce chateau).
  • Par contre, dès que vous avez récupéré un chateau, il ne vous est plus possible de rajouter de carte chevalier dans cette série.
Plus le jeu avance, et plus il est évidemment délicat de repasser en tête pour la garde des chateaux puisqu'il vous faudra toujours dépasser la valeur de la défense précédante. De plus, il vous faudra jongler avec les chevaliers que vous avez en main et qui ne vous permettront pas nécessairement d'attaquer n'importe quel chateau (toujours pour respecter les séries de cartes ne devant pas comporter deux couleurs identiques).

La partie s'arrête dès qu'un joueur a pu poser tous ces chevaliers. On décompte les points de victoire gagnés en cours de partie auxquels s'ajoutent les points des chevaliers défendant un chateau. Par contre, tous les chevaliers qui n'ont pas été posé (restés dans la main des joueurs donc), comptent en points négatifs !

Notre partie à 4 joueurs (chacun découvrait le jeu) a été vraiment très prenant. Gilles est parti à fond les ballons et est parvenu totu d emême à conserver 3 chateaux pendant quelques tours. Cela a fait de lui l'une des cibles privilégiées des trois autres joueurs. Je suis parti peut être un peu trop doucement. Je n'ai pu obtenir un chateau qu'une fois le premier quart de la partie réalisée. Je n'ai acheté aucun nouveau chevalier contrairement à Michel qui s'est au contraire précipité dessus. Quand on sait que les chevalier peuvent compter soit en positif si ils défendent effectivement un chateau, ou en négatif si ils sont dans la main du joueur, cette stratégie doit être jouée en connaissance de cause et surtout le plus rapidement possible pour rentabiliser d'avantage cet investissement.

Je suis parvenu à déclencher la fin de partie à la grande suprise de mes adversaire : en effet, j'étais le seul à ne pas avoir acheté de carte et ils ne savaient plus trop à quel moment cela pouvait arriver. Lautre Stéphane a néanmoins gagné grâce au pouvoir du chateau vert qui lui a permis de ne pas encaisser de points négatifs avec ses chevaliers non posé. Il me devance d'un seul points (47 contre 46).

Pour une première partie, cela fesait longtemps que je n'avais pas été autant charmé par le système proposé. Même si il ne révolutionne pas le style, Saga permet de très bonnes interractions dans la course aux chateaux. Les divers pouvoirs que proposent ces derniers permettent de rendre plus ou moins intéressant leur acquisition en fonction du contexte du jeu. Il existe en outre deux côtés de cartes pour chacun des chateaux proposant des pouvoirs spécifiques répartis différemment. Cela permet, paraît-il, de rendre le jeu plus accessible (pour les premières parties), ou plus stratégiques (une fois que l'on maîtrise toutes les subtilités du jeu).

L'autre gros point positif à mes yeux, est qu'il peut y avoir d'une part de très gros retournements de situation, et d'autre part, il n'est pas aisé de calculer les points de chacun. Et même si l'on y arrive, les retournements pouvant tellement être importants, que la tension est vraiment de plus en plus très présente au fur et à mesure de l'avancement de la partie. Il s'en est fallu en effet d'un seul petit tour avant que Michel me vole à nouveau l'un de mes chateau et gagne certainement la partie. Mais malheureusement pour lui, j'avais une carte de moins en main et ait donc pu déclencher la fin de partie avant que cela ne sente trop le roussi pour moi ;-)

Je ne sais pas ce qu'il vaut à 3 ou 2 joueurs, mais à 4, les tiraillements entre les divers camps sont vraiment très intéressants. Cela ne m'étonnerait pas beaucoup que Saga rejoigne bientôt les étagères de ma ludothèque... Peut être qu'une nouvelle partie à 3 joueurs notamment pourrait définitivement me convaincre d'inverstir.


le précédent jeu de la soirée : Du cap au caire

 


Publié dans CR de soirées jeux

Commenter cet article