Plaisir de jouer & prix des jeux

Publié le par Gorthyn

Le prix peut il perturber le plaisir que l'on retire d'un jeu ?
On voit fleurir de plus en plus de discussions ces derniers mois tournant autour du prix des jeux, qui semblent excessifs pour certains joueurs/acheteurs. Cela gravite notamment auprès des traductions de jeux en langue française où certains éternuent, d'autres ne comprennent pas pourquoi ces premiers éternuent, et ceux qui éternuent ne comprennent pas pourquoi tout le monde n'a pas le ruhme...

Ca tourne en rond, ça débouche rarement sur quelque chose de constructif, ou du moins, je ne vois pas trop en quoi cela fait avancer les choses.

Ne mélangeons pas "envie d'acheter" et "plaisir de jouer"
Je peux tout à fait comprendre que l'envie d'acquisition d'un jeu puisse être perturbée par le prix quand on estime qu'il est trop cher pour soi (selon des critères qui nous sont propres, notamment notre budget-jeux que l'on se donne). On sent que l'on peut potentiellement avoir envie de jouer à ce jeu (surtout si on l'a déjà essayé) malgré un prix qui nous semble un peu "limite" selon nos propres critères.

Par contre, quand j'ai le nez plongé dans une partie, je suis complètement immergé à essayer de faire de mon mieux, en prenant du bon temps avec des amis autour d'une table. Je ne suis pas en train de chercher à estimer si le prix du jeu auquel je joue est justifié ou non. D'ailleurs, je suis peut être en train de jouer avec un exemplaire qui ne m'appartient pas, et je ne connais pas forcément le prix...

Plaisir du jeu vs appréciation du prix : lequel influence l'autre ?

Reste qu'en dehors de la partie, est-ce que je tente d'analyser l'adéquation du prix d'un jeu avec le plaisir que j'en retire ? J'ai le sentiment de suivre globalement 2 tendances :

1 - soit le jeu ne me plaît pas (indépendamment du prix d'achat): peu importe le prix, cela restera de facto trop cher.
2 - soit le jeu me plaît (indépendamment du prix d'achat), et pour le coup, il y a deux sous cas.

2.1 - soit j'estime que le prix d'achat est raisonnable (voir même très peu cher): le plaisir que je retire du jeu me fait dire que j'ai eu a fortiori raison de l'acheter.
2.2 - soit j'estime que le prix était limite trop cher et cela va me faire dire que cela "en valait finalement la peine".

Remarque : personnellement, aussi peu cher soit un jeu, si ce dernier ne me plait pas, il sera toujours trop cher. Par contre, si il me plait beaucoup, je n'ai pas dit non plus que je l'achèterais à n'importe quel prix...

 Je n'ai jamais été confronté à un 3ième sous-cas : 2.3 "est-ce qu'un jeu qui me plait vraiment beaucoup, va voir son prix trop élevé (à mon goût) amoindrir le plaisir / l'envie d'y jouer". En effet, c'est au moment de l'achat que j'estime si je peux investir ou non cette somme. Si le prix dépasse mon seuil de tolérance, je ne l'achète tout simplement pas.

En synthèse mon approche est donc la suivante : c'est plutôt le plaisir que me procure un jeu qui vient me confirmer que le prix d'achat en valait ou non la peine, et non pas le prix qui vient parasiter d'une quelconque manière le plaisir que j'en retire.

Publié dans Divers

Commenter cet article

Minopoli 20/11/2008 16:14

Une idée intéressante à développer serait à partir d'un jeu vendu de faire une estimation de coût de production du jeu. Le faire dans une fourchette déterminée cat ça dépend fortement du nombre d'exemplaires.
Tel jeu X peut coûter entre 7 et 10 euros, son prix de vente est de 39 euros, donc PV public / coût = 3.9
On aurait avec des milliers de jeu en base de données un coefficient moyen (exemple 3,2) et à partir de là l'acheteur est mieux informé. Si un jeu a un coefficient de 10 ça devient de l'arnaque pure et simple.
Bien sûr, un tel travail demande beaucoup de temps mais on peut toujours faire une évaluation moyenne en partant de coûts standards. On prend le matériel d'un jeu et on le décortique en multipliant par le coût standard. On intègre les parties : illustration, développement, publicité, distribution, etc... sous une forme fixe ou un simple pourcentage standard et on obtient un coût plus ou moins proche de la réalité.
Objectif de tout cela : dénoncer l'arnaque si elle existe (elle existe malheureusement!).

Minopoli 20/11/2008 01:12

La cherté ou non d'un jeu dépend aussi des moyens financiers dont on dispose. On peut avoir joué "gratuitement" à un jeu et avoir pris du plaisir. On a des enfants, des neveux, des nièces, des amis à qui on aimerait bien pouvoir offrir ce jeu mais face au prix on se pose des questions. Si les matériaux sont de basse qualité et que le joue vaut à vue d'oeil 15 fois son coût (estimé), on hésite à acheter. Je parle de gens qui ont des moyens financiers limités et qui optent dans leurs choix pour un jeu instructif pour les jeunes. Je suis un homme assez âgé et offrir un jeu est important car je me souviens toujours des proches qui m'ont donné comme cadeaux des jeux. Ça marque l'enfance. Mon premier jeu d'échecs ne me fera jamais oublier celui qui me l'a offert. Je me souviendrai pour toujours de l'échiquier, des pions et pièces, de la boîte, de leurs odeurs, de leurs formes etc...
Quand je suis devenu adulte et que les moyens financiers ne me faisaient plus défaut, je ne voyais même pas le prix.

Gorthyn 20/11/2008 10:57


Bien entendu, le seuil des prix "acceptable" pour son budget est une chose tout à fait personnelle puisque l'on parle de son propre budget. C'est
évidemment une composante qui varie d'un individu à un autre.

C'est pour cela que lorsque je vois discuter dans des forums de problème de prix trop élevés pour des jeux, je n'interviens presque plus car chacun y va de ses propres critères (et cela est
légitime), mais ces mêmes personnes imaginent parfois intrinsèquement que chacun partage ces mêmes critères, ce qui est une erreur à mon avis.

Du coup, comparer des choses avec un système de critères différents (ou éventuellement sur les mêmes critères mais avec des seuils de tolérance différents), fait que ce genre de discussion ne
débouche pas sur quelque chose de concrêt (en tout cas de mon point de vue).

Maintenant, c'est clair que le prix d'un jeu peut faire que l'on estime qu'il ne rentre pas dans nos propres critères, et l'on peut ainsi passer à côté de quelque chose qui nous aurait probablement
plus. Mais si ce n'est pas agréable, c'est aussi ça la vie. Si aujourd'hui j'ai moins de contraintes financières, j'en ai eu de très fortes à une époque et elles m'ont fait ronger mon frein pendant
pas mal de temps.

Par contre, et c'était l'objet de mon article, je sépare bien le plaisir de jouer et le prix d'un jeu. Et la seconde compostante intervient rarement sur la première, de part l'approche que j'en ai
désormais. Alors qu'à la lecture de certains internautes sur divers forum, j'ai l'impression qu'il peut y avoir une forte corrélation entre ces deux aspects. Du coup, je ne les envie vraiment pas
;-)


ogotaii 17/11/2008 00:15

Bonjour,

Moi, je considère parfois le problème sous un autre angle : le prix de l'heure de loisirs. Je divise le prix du jeu par le nombre d'heures où j'y joue. Ca me donne son coût par heure de loisirs, que je compare alors avec mes autres loisirs : piscine, cinéma... En général, je conclue en me disant que j'ai fait une bonne affaire. Evidemment ce genre de calcul n'influe en aucune façon sur mes achats. Si j'ai des sous, j'achète sinon tant pis, je sors un "vieux" jeu.

Gorthyn 17/11/2008 08:34


Cet autre angle est a posteriori de l'achat, pour vous rendre compte d'une certaine "rentabilité ludique" en quelque sorte. Cela m'arrive parfois, quand j'ai hésité au moment de l'achat, plus pour
me convaincre que cela en valait tout de même la peine. Non pas pour le comparer à d'autre loisir, mais plus par rapport à un autre jeu.

Mais cela reste très isolé en ce qui me concerne, et encore une fois, ce que je voulais évoquer dans cet article, c'était que ce rapport à l'argent, je l'ai surtout AVANT d'acheter le jeu : je ne
ressasse pas ensuite si c'est trop cher ou pas (l'exemple évoqué est plutôt une exception en fait). C'est vraiment en fonction de mes attentes ludiques, de l'aspect nouveauté au coeur de ma
ludothèque, et d'autres informations, qui vont me faire dire si cet achat est judicieux dans  mon budget de jeux de société.


Chayaro 13/11/2008 01:05

Blue Moon ! Un de mes jeux à deux favoris.

Alors en fait, pour illustrer mon propos et en reprenant ton exemple de Blue Moon, sachant que j'apprécie également ce jeu.
Les questions à se poser sont (pour moi) :

- Aurai-je acheté tout Blue Moon (s'il avait été vendu dans une seule boite) pour en gros 110€ (9x10 + 20) ?
et
- Ai-je été "aidé" par le côté extensions (même si il ne s'agit pas vraiment d' extensions concernant ce jeu) ?

Autre chose. Jouer seulement avec les Vulca et les Hoax (boite de base) est-ce vraiment jouer à Blue Moon ?

...voilà ce que je voulais dire lorsque je parlais du phénomène extensions à considérer avant un achat. Bien que Blue Moon ne soit pas (loin de là) le pire des exemples.

Bref, on l'aura compris, je ne suis pas fan, moi non plus, des extensions, et j'ai l'impression que cette "mode" va en augmentant...mais bon.

Chay'

Gorthyn 20/11/2008 11:21



Pour le cas de Blue Moon... Est-ce que j'aurais déboursé 110€ d'un coup ?

Probablement pas car mes propres critères m'aurait bloqué dans la démarche : d'une part, je n'ai jamais mis 110€ dans un jeu, secondo, encore moins pour un jeu que je n'aurais pas éprouvé (j'ai
pas dit testé, mais bien dit éprouvé au travers un minimum d'une vingtaine de parties).

Là, avec le jeu de base, j'ai pu entrevoir un minimum la profondeur du jeu et vérifier que "ma sensibilité Ludique vibrait bien". J'ai pu voir également que d'acquérir de nouveaux peuples
apportait réellement quelquechose qui m'intéressait. Ensuite, avec les deux ou trois premiers peuples, j'ai pu me rendre compte que ces derniers non seulement confirmaient cette impression, mais
m'ouvraient en plus d'autres plaisirs d'y jouer.

Bref, je crois effectivement que j'aurais eu du mal à acheter tout en un seul package : mais du coup, peut on vraiment parler d'extention ? Quand tu te demandes justement "est-ce que jouer avec
la boite de base, est-ce vraiment jouer à Blue Moon ?", on est en plein dans cette approche.

Je pense toutefois que oui, jouer qu'avec la boite de base c'est jouer à Blue Moon, dans le sens où, personnellement, je prends déjà vraiment du plaisir ainsi. Certes, la durée de vie sera
évidemment moins longue que de pouvoir mixer avec tous les autres peuples, mais mon plaisir est bien là tout de même. Après, je ne désire pas rentrer dans des discours qui se verraient
"extrémistes" à dire "ceux qui ne joueraient pas avec les extensions ne jouent pas vraiment à Blue Moon".

Cette façon d'aborder les choses ne m'intéresse pas, et plus généralement, les gens qui tentent de niveller les choses de la sorte ne
m'intéressent pas. J'ai déjà tenté de discuter avec eux, et je me suis souvent rendu compte qu'on n'abordait tout simplement pas "la vie" de la même manière. Je ne prétends absolument pas que la
mienne serait mieux qu'une autre, simplement qu'elle me convient, et que je ne cherche pas à l'imposer à qui que ce soit , alors que ceux qui nivellent, affirment souvent de manière péremtoire
leur vision des choses comme si il s'agissait d'une vérité universelle.



tom-le-termite 12/11/2008 13:59

2.4: Noel approche, se le faire offrir.

huhu.
tom.

Gorthyn 20/11/2008 11:22


C'est pas faux, ça marche bien ça aussi ;-)