Essen 2008 : jeux testés (1/3 : jeudi)

Publié le par Gorthyn

C'est parti pour 4 jours de salon, enfin plus exactement 3 jours plein de salon (on est parti le dimanche en début d'après-midi). Comme déjà évoqué, j'ai vraiment eu le sentiment, encore plus que les années précédentes, que les jeux étaient très nombreux. Du coup, il est délicat d'essayer tout ce qui nous ferait envie, c'est une certitude.

Le résultat peu sembler mince, mais les chiffres sont là : 18 jeux essayés sur le salon, soit 6 jeux testés par jours en moyenne. Globalement, la stratégie adoptée a plutôt été orientée sur les petits éditeurs, pour lesquels la certitude de retrouver leur jeux facilement sur nos étals n'est pas si grande que cela. Autrement dit, les jeux qui ont le vents en poupe, prévus de surcroît à être traduits (par Filosofia par exemple), je ne les ai clairement pas priorisés dans mes arrêts aux stands.

Bien entendu, on fait aussi en fonction des places dispo sur les stands, et quand on passe devant celui d'Ystari [Hall 6] par exemple, où il n'y a qu'une seule table pour essayer Sylla et que cette dernière est vide en ce jeudi matin, ben forcément, on sarrête. C'est ça aussi ça la magie d'Essen : se laisser parfois porter par le hasard des stands et des rencontres...

Nous voilà parti dans une partie à 4 joueurs. Dès l'explication de règles, on pré-sent de suite tous les mécanismes qui vont astucieusement s'entremêler. Une fois les 7 phases comprises, on se lance.

Dans ce style de jeu, je suis plutôt un blaireau lors des premières parties pour prendre les bonnes décisions. Au fil du jeu, on apprécie de plus en plus les différentes finesses de la mécaniques.

Notre partie aura visiblement été "tranquille" vis à vis des événements. Cyril ne manque pas de nous préciser que chaque partie voit sa configuration complètement changer : nous avons en effet eu aucune crise, et très peu de famine au final. Bref, cette première partie aura été plutôt soft et ne nous a pas permis de tout voir bien entendu, mais m'a laissé présager tout de même du potentiel de ce jeu.

Soyons clair, d'un point de vue mécanique, c'est clairement un des meilleurs jeu que j'aurai essayé sur ce salon, assurément. Je sais par contre que ce style de jeu n'est pas celui qui risque d'être le plus demandé lors de mes soirées, et c'est clairement un jeu qui demande un temps d'apprentissage non négligeable. Ce n'est pas non plus le thème qui me fait le plus rêver, mais sans nul doute, je ne refuserai pas d'autre partie, loin s'en faut.


Pour se rafraîchir la tête, on a enchaîné avec un petit jeu de rapidité : Street Painball [Hall 5]. Là c'est clair, on change de registre !

Un jeu de rapidité où il faut analyser très rapidement les cartes qui sont révélées (comme pour Jungle Speed) et où il faut en général attrapper sa boule de plastique afin de la balancer sur le joueur dont la couleur est vient de sortir.

Il y a bien entendu des cartes spéciales, provoquant des duels, ou bien des fausses cartes d'attaque où il ne faut surtout pas tirer, ... Bref, c'est pour se défouler une fois ou deux, avec des amis pas trop regardant.



Ensuite, nous sommes allés sur le stand des polonais [Hall 4] afin d'essayer Saigo No Kane. Dans ce jeu, vous cherchez à vous faire élire dans votre école.

Derrière un thème plutôt original, se cache un petit jeu de gestion plutôt agréable, mais ne révolutionnant pas gran chose au final. J'aurais vraiment préféré que le thème soit d'avantage exploité.

Là, on se contente de "se faire des amis" qui vont augmenter nos diverses capacités (sport, science, art dramatique, art plastique, ...) afin de briller au mieux au travers des contrats que l'on cherche à remplir au cours des 5 manches, sachant que la dernière peut être très fructueuse mais nécessite d'être bien anticipée.

J'aurais donc vraiment apprécié que des événements liés à la vie scolaire soient plus présents dans ce jeu afin de nous faire plonger d'avantage dans l'ambiance. C'est domage. D'autant que le prix d'appel (45€ au début du salon, puis 40€ en fin de salon) n'est pas des plus séduisant. Bref, correct, sans plus vis à vis de mes attentes.


Etant sur leur stand, on en a profité pour enchaîner avec Yukatan. Là, le matos était plutôt séduisant a priori, et forcément, ça donne envie d'en attendre quelque chose de consistant.

Le principe est plutôt simple, trop simple sans doute : dans un objectif de construire 5 niveaux d'un temple, il faut partirà la recherche d'esclaves qui, par groupe de 3, vont permettre la mise en place d'un étage de la construction.

La capture d'esclaves se fait sur les villages adverses, ou bien en attaquant directement un pion de tribu adverse. Et là, ça se règle au pierre/feuille/ciseau en gros (3 symboles : colibri, jaguar et serpent) lorsque l'on retourne les 2 pions qui s'affrontent pour voir leur symbol. Et... et ben c'est tout.

Toute cette belle boite pour uniquement cela, on s'est regardé en fin de partie en se demandant si on avait raté quelque chose, mais apparemment non, tout est là. Bon, passons, très peu pour moi donc...

Pas vraiment une nouveauté, mais comme je n'avais pas encore eu l'occasion de l'essayer, j'ai pu me frotter au gazon du très bon Kahmaté.

J'étais déjà plutôt séduit par les mécanismes de diaballik, le thème de bloodbowl, alors forcément, un jeu comme Kahmaté qui se trouve un peu à la croisé des chemins, en petit format transportable partout, qui tourne vraiment très bien, il n'en fallait pas plus pour ne pas me laisser insensible.

Le système est simple, les actions limpides, l'appropriation aisée, et l'envie de revenir prendre sa revanche est immédiat.

Nous avons, pour une première, juste utilisé des règles simplifiées (sans le raffût et l'interception de passe) mais ça tourne déjà très bien ainsi. En fait, j'aimerais qu'il existe un jeu aussi fluide que Kahmaté pour le Foot Us. en tout cas, pour les amateurs du genre, à essayer !


Toujours dans le le Hall 4, il y avait un stand tout joliement décoré style ferme suisse. De la paille par terre, des tables recouvertes de nappe cirée rouge et blanche à petits carreaux, avec des bancs autour. Les animateurs étaient en costumes, et la boite du jeu présenté, Viamala.

Le jeu consiste d'une part à construire sa route au moyens de tuiles qui ont chacune un coup; d'autre part à récupérer des marchandises de différents coûts, et de les faire traverser la route précédemment construite afin de les revendre dans le village opposés à celui où vous avez chargé les marchandises. Tout se gère à coup de dés (pour savoir les tuiles que vous pouvez construire, les marchandises que vous pouvez acheter, et celles que vous pouvez vendre).

Autant pour un jeu pour enfant, j'y verrais là un bon cocktail accessible avec prise de décision plutôt réduite, autant là, dans le packaging retenu, plutôt orienté adulte donc, j'ai vraiment l'impression qu'ils ont raté leur cible. En tout cas, je n'en fait clairement pas partie, c'est une certitude.

La seule originalité est le lancé d'un second dé déterminant les conditions climatiques qui en plus de vous affecter, vont le faire également au joueur vous précédant.

Mais là encore, on ne maîtrise pas plus les choses, et on ne fait que constater le malheur ou la chance au tirage des dés. C'est plaisant, mais on a plus la sensation d'être spectateur qu'autre chose.

Heureusement que la démonstratrice qui, en plus d'être charmante, parlait en Français. Cela aura été au moins agréable surtout pour une fin de première journée assez éprouvante (faut se mettre dans le rythme !).

Seconde partie (vendredi) - Troisième partie (samedi)

Publié dans Premières Impressions

Commenter cet article

ReiXou 31/10/2008 10:20

Super, merci.

Le lien en bas (vers Vendredi) ne fonctionne pas (et ramène sur la même page)

Gorthyn 31/10/2008 11:54


C'est corrigé merci (ça doit être la crève ramenée d'Essen qui me rend si peu efficace... :-s )


Elnionio 29/10/2008 08:40

ça l'air vraiment pas mal kahmathé.
Est ce que les parties sont vraiment rapide (20m) ou bien c'est comme partout, c'est juste marqué sur la boite pour faire bien ?

Gorthyn 29/10/2008 14:47


C'est vraiment rapide. La moyenne de 20mn me semble réaliste.

Par contre, les deux parties/manches pratiquées sur le salon ont eu des durées variables (soit très courtes < 10mn, soit un peu plus long ~30mn) en fonction que les joueurs tentent des percées
un peu violentes (et se ramassent), ou bien jouent en assurant les positions & la couverture du terrain (notamment pour se protéger d'un coup de pied).